L'histoire des deux refuges

Lemercier

Au refuge Lemercier, vous pourrez découvrir, voir dormir, dans une véritable cabane-musée, témoin de l’histoire de l’alpinisme dans les Écrins. Corde en chanvre, chaussures à crampon d’époque, lanternes, cartes anciennes, skis en bois et autres objets ont été collectés dans la vallée par Nicolas Chaud pour y être exposés. Une copie d’un livre d’or est également sur place, et suscite la curiosité avec une utilisation du verbe qui a fortement évoluée depuis.

Voici quelques clés pour mieux appréhender l’histoire des lieux. En 1848, l’abri Puiseux, sous un rocher éboulé, est déjà utilisé par Victor Puiseux lors de son ascension. Il sera en 1875 aménagé avec des pierres sèches. En 1877, le refuge de Provence est édifié par le Club Alpin Français sur le plateau du Clot de l’Homme, lieu de transhumance. C’est en 1891 que le refuge Lemercier a été construit, tout en bois. Le bois était acheminé en train jusqu’à l’Argentière, puis à dos de mulet jusqu’à l’abri Puiseux, et enfin tirés par des hommes, sur des traîneaux, jusqu’à son emplacement actuel. En 1962, le refuge du Pelvoux tel que nous le connaissons est inauguré par Maurice Herzog et a subi peu de modifications depuis.

Nous vous invitons à monter nous voir pour visiter ces lieux et en savoir davantage sur l’histoire locale de l’alpinisme.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter le site du Parc National des Ecrins : http://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/la-nouvelle-vie-du-refuge-lemercier